Menu

Opposition : création d’un Observatoire des Elections

Jeudi 30 Mai 2024

Des responsables du Conseil de Supervision de l’Opposition Démocratique (CSOD), ont annoncé la création d’un Observatoires des Elections, composé de cinq (5) sages, jeudi, au cours d’une conférence de presse, tenue au siège de l’institution.


Le  nouvel Observatoire des Elections, dont l’identité des membres sera ultérieurement rendue publique « va travailler   en étroite collaboration avec tous les candidats,  majorité et opposition confondue,  dans la perspective d’une mission  de veille  et de contrôle   des  actions de la CENI,  en vue de créer les conditions d’une élection présidentielle libre, démocratique et transparente ».

 

La mise sur pied du nouvel  observatoire, s’inscrit dans le cadre d’une démarche de rejet  « de la désignation unilatérale et de la mise en place d’un Observatoire des Elections par le gouvernement, le 23 mai dernier, en violation flagrante d’un accord phare , en vertu duquel les autorités s’engageaient, en concertation avec la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et les Partis politiques,   à appliquer le décret 078.2013, visant à donner  l’Observatoire des Elections plus de pouvoir  et les moyens d’une présence effective  au niveau régional et local».

A l’issue de   leur face à face avec la presse, les responsables de l’opposition ont distribué un  communiqué rappelant  toutes les étapes des concertations avec le gouvernement et l’accord en 10 points, du 26 septembre 2022 , pour la mise en place d’un Observatoire des Election, suivant une démarche consensuelle.

 Le Conseil de Supervision de l’Opposition Démocratique (CSOD), reste ouvert à la concertation, malgré la mise en  place de son propre observatoire des élections..

 
 







À l’origine d’une campagne chauvine…

11/06/2024

Mondial 2030 : La finale se jouera au Maroc ou en Espagne

20/03/2024

RD Congo/Mauritanie: 2-0

16/11/2023

Ballon d'Or 2023 : Et de huit pour Lionel Messi

31/10/2023

Ballon d'Or : Emiliano Martinez remporte le Trophée Yachine 2023 du meilleur gardien

31/10/2023

Ballon d'Or 2023 : Jude Bellingham remporte le Trophée Kopa

31/10/2023

Ballon d’Or : Vinicius remporte le trophée Socrates

31/10/2023

Sondage Ballon d'Or 2023 : Messi en tête, décryptage des données de BDA

31/10/2023

Flux RSS



Inscription à la newsletter

Vive polémique au sujet d’une vidéo attribuée au directeur de campagne de Ghazouani,

La polémique enfle au sujet d’une vidéo, comportant une déclaration polémique, attribuée à Ahmed ould Mohamed, Directeur de campagne du candidat Mohamed Cheikh El Ghazouani et Ministre de l’Urbanisme et de Habitat.

  L’image, largement partagée,   véhicule  un discours  en langue  Hassania, portant  sur   l’incapacité supposée de l’opposition, à assumer la conduite des destinées d’un état,  suscitant  un torrent de commentaires sur la toile.

 Ce qui  provoque une vive réaction de l’opposition, confortée dans sa crainte d’une volonté « de confiscation du pouvoir » au soir du 29 juin 2024.

Le haut responsable de la campagne du président en exercice, exprime une opinion  très polémique  au sujet   « de la gestion d’un état, une tâche ardue, dont celui qui ne maîtrise pas  l’appareil de gouvernance, à une perception impossible à appliquer dans la réalité, sur le terrain.

Nous ne pouvons pas faire courir des  risques à b l’avenir de notre nation, en la livrant à des gens dépourvus d’une expérience suffisante pour la gestion des affaires publiques.

Nous ne pouvons pas  compromettre l’avenir du pays, pour le salut duquel,  beaucoup de personnes ont payé de leur vie,

Non, on ne peut négliger cela, c’est impossible ».

En réplique à  ces propos, la « Coalition Biram 2024 » qui soutient la candidature à la présidentielle de Biram Dah Abeid, composée d’une  vingtaine d’organisations et personnalités, dénonce  « des propos graves, antidémocratiques, provocateurs et insultants, qui ne peuvent être tenus sans l’aval du candidat ould Ghazouani.

Par ailleurs, le déploiement des forces armées et de sécurité  au Hodh, dans le Gorgol et au Brakna, observé depuis le lancement de la campagne électorale, s’inscrit dans une démarche d’intimidation des électeurs, soigneusement élaborée en vue de perpétuer un coup d’état électoral,  comme d’habitude. Une situation qui montre clairement l’image d’un régime aux abois ». 

     


22/06/2024